Films

À armes égales

Film d’action de Ridley Scott — 1997


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Le lieutenant Jordan O’Neil est choisie pour être la première femme militaire à faire partie d’une unité d’élite anti-terroriste. Mais avant de gagner sa légitimité, elle devra subir l’humiliation de ses collègues masculins, affronter le machisme ordinaire des bidasses, en plus de l’entraînement aussi bien physique que mental. Un vrai parcours du combattant !

La boule à Z de Demi Moore

Elle se rase la tête pour incarner une GI de choc (et nous montrer qu’un militaire peut être sexy ?). Demi Moore a franchi le pas chez le plus grand coiffeur d’Hollywood, sous l’œil de la caméra de Wolfgang Petersen. Dans les interviews qui ont suivi, elle a déclaré qu’elle avait adoré la sensation procurée par la tonte de ses cheveux.

Un film féministe ?

L’histoire est celle d’une militaire qui est acceptée au stage commando des Navy Seals, la première femme à intégrer la troupe. Mais si elle réalise là son rêve, elle sert aussi les intérêts d’une sénatrice qui souhaite voir les femmes avoir les mêmes chances que les hommes dans l’armée.
Contrairement à l’idée reçue selon laquelle les femmes n’auraient pas d’opinion et que la guerre ne serait pas leur affaire, on découvre dans ce film qu’elles ont un cerveau, et que c’est le même que les hommes, en l’occurence des bidasses. GI Jane, la tueuse de service, est aussi excitée qu’eux par la vue du sang, la mort et les massacres de masses. La même haine de son prochain, le même culte de la destruction et le même irrespect de la vie humaine l’habitent. À côté d’elle, les hommes passent presque pour des sentimentaux... bien que capables des pires tortures (mais jamais sur une femme). Ceci dit, on ne voit pas une fois Demi Moore passer à l’action, malgré toutes ses belles paroles, ses jurons de charetier et ses vannes graveleuses prétendumment viriles.
En fait d’égalité homme-femme, on assiste plutôt à une homminisation de la femme qui en vient à adopter les mêmes comportements et propos machistes et mysogines. Bref, c’est pire que mieux !