Têtes d’affiche

Amina Sboui

Première femen tunisienne

Jeune militante féministe, Amina est la première Femen tunisienne.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton

La jeune Tunisienne s’est rendue célèbre en mars 2013 en publiant des clichés d’elle avec l’inscription « Mon corps m’appartient et n’est source d’honneur pour personne » sur sa poitrine nue, à la manière des militantes Femen [*]. Un geste pour revendiquer sa liberté dans un pays où les droits de la femme sont toujours plus bafoués.

Menacée de mort par les islamistes radicaux, séquestrée par sa famille traditionaliste, Amina est jetée en prison pour avoir tagué le mur d’un cimetière afin de dénoncer la tenue d’un rassemblement salafiste. Elle est libérée suite à la mobilisation féministe et vient en France passer le bac grâce à une bourse d’Amnesty International. Malgré le soutien des autres Femen, elle annonce quitter ce mouvement qu’elle accuse d’islamophobie, mais ne renonce pas à son engagement féministe.

Quel regard porte Amina Sboui sur son pays aujourd’hui ? J’étais dans la rage après la révolution, le Printemps Arabe, qui devait nous apporter la liberté et qui finalement nous avait été confisqué. Je suis dégoutée par l’après Révolutions. Les islamistes ont confisqué notre Révolution. Et les partis de gauche tunisiens n’ont rien fait pour les en empêcher. La condition des femmes est encore pire que sous Ben Ali. On ne peut pas continuer à accepter que les femmes soient humiliées et considérées comme la moitié d’un homme.

Début juillet 2014, elle publie un autoportrait suite à une violente agression : cinq fondamentalistes islamistes lui auraient rasé les sourcils et les cheveux en public et l’aurait également été menacée de viol. Encouragée par ses ami·e·s, elle porte plainte, mais est condamnée quelques mois plus tard pour dénonciation mensongère. Dans l’intervalle, elle est placée en garde à vue pour avoir agressé une femme voilée. Explosive, Amina fait parler d’elle.

Photos

  • Mon corps m'appartient
  • Amina proteste contre la fausse démocratie des (...)
  • Amina à Paris
  • Sur Facebook, Amina dénonce son agression… fictive (...)
  • Amina tondue