Têtes d’affiche

Audrey Tautou

Actrice française

On adore son sourire espiègle et sa coiffure, avec ses petits cheveux courts tout fous !


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

D’abord, on ne voit que ça, cette bouche en forme de coeur, ce minois exquis, cette silhouette gracile et on croit avoir tout compris : Audrey Tautou est une petite chose fragile. Et puis elle commence à parler. Là, on réalise qu’on s’est mis le doigt dans l’oeil. Sous une gouaille évoquant davantage Arletty qu’Audrey Hepburn perce la détermination tranquille d’une actrice de 25 ans qui ne mâche pas ses mots.

Oui, mais le métier, les sacrifices, l’ambition, la célébrité ? Elle ouvre de grands yeux : Le succès vous tombe dessus, ce n’est ni un choix ni un moteur. Je suis prête à travailler, à être sérieuse, disponible, mais je suis trop… intègre pour être corrompue ou abusée. Trop têtue, aussi ! La petite chose fragile vous salue bien.

La coupe Tautou

Toute jeune actrice, elle connaît un succès mondial grâce à son rôle dans Le fabu­leux destin d’Amé­lie Poulain, qui lance sa carrière. Elle y arborait un carré tout et frangé, coupe devenue fameuse, qui lui donnait un air bien juvénile. Peu après, elle coupe court et passe à cette coupe garçonne qui lui va si bien. Ses cheveux repoussent et elle revient épisodiquement au court.

Malgré le succès et des propositions internationales, elle préfère se recentrer sur cinéma français et continue de faire des choix judicieux. À 33 ans, pour le film Coco avant Chanel, elle revient à un look rétro.

C’est sa fameuse coupe à la garçonne qui la caractérise le mieux : une coupe effilée sur les longueurs et piquetée aux ciseaux sur les pointes, qui conserve des mèches mutines de chaque côté du visage. Une coiffure signature qui la suivra longtemps. On aime ce look émancipé, pas guindé du tout, avec les cheveux ébouriffés au naturel.

Photos

  • Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001)
  • Audrey Tautou
  • Tautou au Festival de Cannes 2006
  • Tautou pour Coco avant Chanel