Têtes d’affiche

Claude Cahun

Photographe française (1894-1954)

Son œuvre est surtout connue par ses extraordinaires autoportraits où elle se montre la tête rasée.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Photographe, écrivaine et activiste. Elle était femme, lesbienne, juive et résistante : autant de raisons d’être suspecte, et finalement gommée de l’Histoire. Oubliée pendant la guerre, son œuvre est étonnamment proche de celles d’artistes contemporain·e·s : en se mettant en scène, en agissant sur son propre corps, elle préfigure l’art corporel et la performance, annonce les drag queens.

JPEG - 16.3 ko
Claude Cahun (autoportrait) 1921

Claude Cahun n’en finit pas de faire l’inventaire de tous ses masques : le visage maquillé, masqué, ou bien le crâne et les sourcils rasés, de face, de dos, de profil, travestie en homme, en femme, la bouche en cœur, le profil accentué, le crâne allongé, en déesse hindoue, sous cloche, dans une armoire… comme s’il lui fallait recenser les images projetées sur les femmes, faute de pouvoir capter son « vrai visage ». Il s’agit de s’affranchir des images imposées, invivables, à commencer par le clivage féminin/masculin.

Dans un sens, « Claude Cahun » n’a jamais existé littéralement. En choisissant un pseudonyme [1] unisexe, elle se départit du genre, et se place hors du clivage féminin/masculin : « Brouiller les cartes. Masculin ? Féminin ? mais ça dépend des cas. Neutre est le seul genre qui me convienne toujours. S’il existait dans notre langue, on n’observerait pas ce flottement de ma pensée. Je serais pour de bon l’abeille ouvrière. » [2]

Claude Cahun, dans sa lutte contre toute convention, contre toute soumission, se métamorphose en permanence, change d’identité aussi bien dans ses autoportraits photographiques que dans sa vie quotidienne. Son excentricité est liée à la volonté de s’indéfinir [3]. Elle pratique la poésie, le théâtre, la photographie, la critique littéraire, la traduction, l’essai, et s’adonne très tôt à l’autoportrait.

Autoportrait ? oui mais… qui prend les photos ? Cette œuvre est en réalité le travail d’un couple, celui qu’elle forma avec Marcel Moore [4], son double, son amante. Elles travaillent en étroite collaboration dans les écrits, photographies, autoportraits, photo-montages et luttent au quotidien.

Photos

  • Claude Cahun
  • Claude Cahun
  • Claude Cahun
  • Autoportrait