Épilation corporelle

D’abord, les poils, c’est quoi ?

Notre corps est naturellement couvert de poils. Hommes et femmes en ont autant.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Notre corps est couvert de poils

Les poils sont le vestige du pelage qui couvrait le corps de nos ancêtres, et les protégeait du froid. Même si leur longeur a diminué, notre corps reste entièrement couvert de poils, parfois sous forme de petit duvet à peine visible. Les seules parties de notre corps où il ne pousse pas de poil sont : la plante des pieds, la paume des mains, les lèvres et les muqueuses.

Les poils qui couvrent aujourd’hui notre corps ont pour fonction naturelle de réguler la température de la peau et la sudation. L’épilation perturbe ce fonctionnement. Par exemple, on transpire davantage des aisselles lorsqu’elles sont épilées ; ça dessèche la peau et peut causer des démangeaisons.

Imberbe ou poilue ?

La longueur et l’abondance du poil sont conditionnées par l’hérédité génétique, le climat hormonal et la localisation sur le corps : par exemple, un poil de jambe ne dépassera jamais quelques cm.
À la différence du cheveu qui croît quotidiennement de 0,1 a 0,3 mm, le poil pousse jusqu’à une certaine longueur et s’use ensuite de lui-même.

Le poil n’est nullement un apanage masculin, il faut le redire régulièrement : le corps des hommes comme celui des femmes est naturellement recouvert de poils, et selon la nature chimique, certaines femmes sont aussi velues qu’un homme.

La pilosité, signe de maturité sexuelle

À la puberté, certains poils se mettent à pousser plus que d’autres. C’est leur disposition (barbe sur les joues, poils pubiens, aux aisselles) qui indique la virilité ou la féminité adulte.

La pilosité se développe à la puberté, et s’estompe avec l’âge. Elle est donc le signe de la maturité sexuelle d’un individu avec lequel l’accouplement est possible. Sa présence dans les zones cibles (joues, aisselles, pubis) est donc un stimili visuel déclenchant le désir.