Actus — Mars 2005

Danse : Je ne sais pas - Un jour - Peut-être


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

La chorégraphe Nathalie Pernette s’accorde la liberté qui lui manquait : que cette femme au tempérament aiguisé par les aléas de la vie, se découvre un goût pour l’autodérision, est une surprise. Avec l’urgence méticuleuse qu’on lui connaît, elle desserre un par un les écrous de son langage gestuel pour déraper avec bonheur dans un burlesque à l’humour corporel désarticulé, proche de Buster Keaton.

Crâne rasé, silhouette nerveuse, regard qui dévore, Nathalie Pernette laisse son visage ­­— on sait combien il prend de l’importance chez les chorégraphes contemporains­ — vivre jusqu’à l’épuisement les émotions qu’elle traverse. Pâle, transparent, pâte à modeler qui réagit au quart de seconde, son visage ne tamise rien et livre une lecture franche du périple de la chorégraphe. Aucune surexposition impudique des émotions, mais l’évidence d’un être qui s’offre au public dans sa liberté fraîchement gagnée.