Actus — Septembre 2004

Des collégiens tondus le jour de la rentrée


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Les Neuchâtelois ont l’habitude de voir des collégiens au crâne rasé le jour de la rentrée. C’est-à-dire que les élèves qui entrent en première année au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel (Suisse) doivent se soumettre, bon gré mal gré, à l’épreuve initiatique du bizutage qui consiste à se faire raser le crâne par leurs aînés.
Une tradition qui remonte à la création de l’établissement, en 1873, qui était alors un lycée réservé aux garçons. Neuchâtel était encore sous domination prussienne. Le bizutage capillaire serait donc une pratique prussienne, explique le directeur du lycée.

Mais certains parents n’ont jamais apprécié cette pratique. L’école a décidé de réagir de façon originale, en jouant avec le rite pour en faire une fête : un salon de coiffure a été installé dans la cour du lycée. Les nouveaux qui ont accepté de se soumettre à ce rite ont pris leur place dans la queue pour se faire tondre le crâne. Le tout en présence de la presse et en musique.

« Un très grand nombre de lycéens, des deux-tiers aux trois quarts, ont adhéré à notre démarche », se réjouit le directeur. Et surtout, les filles étaient pour la première fois de la fête, dédramatisant l’affaire d’une certaine manière en la transformant en concours de coiffures rigolotes.