Actus — 26 mars

Exclue à cause de ses cheveux bleus


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton
  • 3 ❤

Une élève de troisième du collège Paul Éluard de la Seyne-sur-Mer, dans le Var, s’est vue refuser l’accès aux cours en raison de… sa couleur de cheveux : bleus comme la belle Jill Bioskop, comme les collégiennes japonaises des mangas, comme les étudiantes en arts de cette année, bref comme plein de filles cools.

Les cheveux bleus de Tina

« Je venais d’arriver dans la cour quand la CPE m’a dit que je ne pouvais pas venir comme ça au collège », témoigne Tina qui a donc été priée de rentrer chez elle. Sa mère a été appelée : on m’a clairement fait comprendre qu’il fallait retourner chez le coiffeur si Tina voulait revenir à l’école. Déjà, je trouve discutable qu’on interdise à une élève de se teindre les cheveux, mais ce que je n’apprécie vraiment pas, c’est qu’on l’ait mise tout de suite à l’écart des autres élèves, comme une pestiférée.

La direction de l’établissement, contactée par Var-Matin, prétend avoir agit pour protéger l’enfant des moqueries, alors que, de fait, cette exclusion est bien plus stigmatisante et dommageable ! Au lieu d’accompagner les élèves dans le développement et l’expression de leur personnalité, cet établissement préfère la tuer dans l’œuf, uniformiser, pour mieux garder le contrôle : parce que si nous acceptions une telle originalité, nous ouvririons la porte à un effet boule-de-neige que nous ne pourrions plus maîtriser. Les différences, la diversité, leur feraient-elle peur ? Quelles couleurs de cheveux, de peaux, cet établissement tolère-t-il ?

Loin de revenir sur cette discrimination, la proviseure assure que cette interdiction sera ajoutée au règlement intérieur du collège pour la rentrée 2016. D’abord interdire, puis modifier le règlement, afin de légitimer l’interdiction : quelle belle leçon d’éducation civique ! Le contrôle capillaire chromatique s’étendra-t-il à tous les établissements scolaires ?

En attendant, cette élève au carnet de notes exemplaire ne sera pas admise en cours « tant que sa situation capillaire ne sera pas rétablie ». Et c’est pour son bien, prétend l’établissement.