Vos témoignages

J’aurais aimé être soldate !


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 2 ❤

Ah, ça oui ! j’aurais aimé être une intrépide baroudeuse, une aventurière qui n’a pas froid aux yeux, une minette qui sait manier les armes et défendre sa peau si besoin est, qui se sort de toutes les situations, comme ça, l’air de rien, avec flegme et naturel… Ça ne m’empêche pas d’aller vadrouiller deci-delà, et qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, j’apprécie de n’avoir jamais les cheveux dans les yeux ! Je suis une femme pratique, moi !

Pourquoi les femmes militaires n’ont-elles pas les cheveux tondus comme les hommes ?

dessin - été 1998
J’ignorais que dans l’armée les femmes n’avaient pas, comme les garçons, les cheveux tondus. S’il y a exception pour les femmes, cela remet en question la nécessité de la tonte pour les gars, non ?

J’ai croyais que la tonte militaire était une mesure d’hygiène, mais aussi de confort, car il est bien plus pratique, dans l’activité physique, d’avoir les cheveux courts. Pourquoi les femmes seraient-elles dispensées de cette hygiène et de ce confort ? Qu’ont-elles de différent qui s’oppose à cela ? Non, le sujet n’est pas futile. L’armée, avec ses règlements, ses clichés accentués, est finalement symptomatique d’une société donnée, qui veut que les femmes aient les cheveux longs et les hommes les cheveux courts. Moi qui croyais que l’armée était au dessus des stéréotypes et des modes, et agissait toujours par nécessité…

Si les femmes sont exemptées de tonte, s’il y a différence de traitement entre les hommes et les femmes au sein même de l’armée, bref, si on tient compte de la différence entre les hommes et les femmes, alors pourquoi n’y-a-t’il pas un service militaire différent, pour chacun ?

Il existait un service militaire, obligatoire. Pour les hommes. Si une femme souhaitait le faire, elle pouvait s’y joindre. J’aurais aimé faire mon service militaire. Mais je ne me serais pas portée volontaire, car je ne voulais pas être l’exception parmi les hommes. J’ai tout de même quelques petits biscotos, une conscience citoyenne, un peu de jugeote, et pas froid aux yeux, ce qui peut toujours servir. J’aurais aimé être appelée, comme tout le monde, c’est-à-dire ni comme tout homme, ni comme une exception. En fait, j’aurais aimée être concernée, moi aussi, par la défense du pays dont je fais partie. J’aurais peut-être moi aussi inventé une embrouille pour être exemptée, si j’avais été appelée.

Je n’ai même pas eu ce choix. Non, la défense du pays, d’autres ont décidé à notre place : ce n’est pas pour les femmes. La guerre, ça les regarde pas. C’est oublier l’importance du rôle des femmes lors de la dernière guerre. C’est oublier qu’elles sont citoyennes, elles aussi. Que les balles, les bombes n’ont pas l’intelligence de frapper seulement les êtres humains du sexe mâle. Que dans tous les conflits, les femmes payent de leur chair, lourdement.

Non, je ne m’éloigne pas de la question. S’il n’y a pas de service militaire au féminin, et qu’a priori le service militaire est le même pour tous et toutes, alors, oui effectivement, pourquoi y-a-t’il une coupe de cheveux différente pour les unes et pour les autres ? Les cheveux féminins sont-ils si importants que cela, pour que, même au moment où elle joue au jeu, grave entre tous, de se préparer en vue d’un éventuel conflit, les femmes soient tenues de les conserver ?

Soyons un instant pragmatique : quand on se traîne dans la boue, qu’on manie des armes, qu’on s’entraîne à encaisser les coups durs, franchement, est-ce qu’on a du temps à perdre avec ses cheveux et sa coiffure ? Non. Et c’est bien pour ça que les gars sont tondus. Logique. C’est quand même plus pratique pour enfiler rapidos son masque à gaz !

Ah, c’est pas pareil pour les femmes ? parce qu’elles font ça pour du beurre, pour jouer, sans doute ?