Vos témoignages

Je sculpte les cheveux de ma femme


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 1 ❤

Le modèle, c’est bien simple, c’est Anne, ma femme. Nous avons deux enfants et vivons ensemble une drôle de vie d’artistes ! Nous sommes dans la quarantaine et aimons dépeindre un monde quelque peu parallèle, imaginant tout, surtout l’apparence depuis le début, cela aurait pu être autre chose…

Anne est peintre et je bosse comme Directeur Artistique pour un gros groupe de COM français. Je suis graphiste designer, c’est sûrement une bonne raison de faire des images !

Pour la sensation de mes modèles, y compris d’Anne, c’est toujours pareil : je tends à expliquer ma démarche, je propose le changement et stimule les modèles dessin à l’appui. Je réalise alors moi-même la sculpture — je ne suis plus un débutant ! — avec ciseaux, rasoir, tondeuses, etc. C’est très agréable [*].
Si j’en ferais d’autres ? bien sûr !

Ma vision est un peu différente du « transformisme ». Il s’agit plutôt d’un monde dans lequel je me serais reconnu. Simplement attiré par de nouvelles apparences (sans doute du fait de mon métier) j’aime créer ! ou re-inventer ! J’aimerais tant voir l’art se mélanger à nos coutumes quotidiennes… Nos regards et désirs n’en seraient alors que plus affirmés. Peut-être sommes-nous les précurseurs d’un langage (sémiologie oblige) de l’apparence sociale de demain qui ferait parler extérieurement l’intérieur de nous-même ? Quoi qu’il en soit, je demeure conscient de cette réalité affligeante qui nous rejette : le conformisme.

J’ai une grande admiration et un grand respect pour la sensualité féminine et je suis très amoureux des nouveaux looks féminins (que je trouve d’un banal et grotesque dans la rue). Je suis hétéro, quoique l’on puisse en penser ; et me sens bien comme tel.

J’avoue être fada d’une femme à la chevelure très spéciale. Ca fait bander diront certains, c’est vrai ! Pour terminer, Anne a choisi une superbe perruque pour le « social » et pour que ses autres parents ne soient pas en peine, et je suis le seul à en profiter. Sans regrets d’ailleurs, puisque je ressens une profonde aversion pour les gens conformistes.

Hago
Difficile de dire pourquoi j’aime autant cela : est-ce dû au fait que, étant gamin, ma petite copine a du être rasée à cause des poux ? Ou qu’adolescent mes petites amies allaient faire couper leurs longs cheveux ? Ou est-ce mon côté aficionado quand retentit la trompetta ? Je ne sais pas vraiment !