Vos témoignages

Je te préfère les cheveux courts…

Des années à laisser pousser, pour plaire à mon amoureux, quand il me dit : je te préfère les cheveux courts…


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 8 ❤

Cela fait deux ans que je rame pour avoir les cheveux longs.

J’avais dans la tête l’idée que les cheveux longs étaient l’apanage de la féminité, et pour plaire à mon amoureux, qu’est-ce que je ne ferai pas ! J’ai donc passé toutes les étapes, des plus pénibles, des incoiffables, des nœuds etc. Mes cheveux sont longs… et je déteste ça !

Je pensais faire des chignons, des couettes (à mon âge !!!), des nattes, piquer des petites barrettes ça et là c’est si charmant. Au quotidien, ils sont mis en boule informe dans un chouchou, parce que franchement, des cheveux longs, à part empoisonner la vie, je n’y vois aucun intérêt.

Mais j’ai tenu bon. Je suis divinement féminine quand je les dénoue, me sentant tigresse quand quelques mèches rebelles viennent assombrir mon regard de feu…
Justement, il y a quelques jours, nous dinions avec mon mari, l’homme que je veux encore séduire cent fois avant de m’endormir, et il me dit : « j’aime bien quand tu as les cheveux courts ! »
La fourchette en suspens, j’attends que l’information atteigne le bulbe du cerveau qui déclenchera ma réaction.
J’hésite entre m’effondrer la tête dans l’assiette, hurler et surtout, je me retiens d’aller chercher la tondeuse pour m’ôter cette tignasse encombrante, séance tenante.
Nous palabrons.
Il me répète plusieurs fois qu’avec les cheveux courts je suis tout à fait féminine, qu’il préfère.
Nous tranchons.
À Noël, j’aurai les cheveux courts.

Pourquoi à Noël ?
Parce qu’on n’anéantit pas deux ans de persévérance comme ça.
Parce que je sais qu’à mon âge c’est la dernière fois que j’aurai les cheveux longs de ma vie (on ne m’y reprendras pas deux fois sur ce coup là) !
Et enfin parce que, je me délecte à l’idée que dans quelques semaines, je pourrai rentrer dans ma nouvelle douche et que comme un garçon, je pourrai, quand je veux, mettre ma tête sous l’eau sans penser au brushing qui prend une heure derrière.