Têtes d’affiche

La Bourette

Lesbienne d’honneur

La Bourette est un artiste qui a fait de sa vie entière une œuvre. La Bourette ne crée pas, il est une création !


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

GIF - 29.7 ko
La bourette enchantée
Personnage incontournable des soirées lesbiennes parisiennes, mystère du night-clubbing, étrange muse de la nuit… Elle était là avant la mode des drags. Elle sera là après la mode du queer.

La Bourette n’est ni un travesti (elle ne s’habille pas en femme) ni une drag-queen (travelos hyperbolique), mais un être qui brouille les codes. Mutant pour le prochain siècle. Description ? Cheveux longs et pantalons Saint Laurent, sac à main et bars virils, mules chics et barbe naissante… des morceaux de mecs collé à des bouts de nanas.

Un modèle ? Pierre Molinier. Un type, ancien pote des surréalistes et de Breton qui, à la quarantaine bien sonnée, s’est pris en photo en talons aiguilles, et s’est suicidé à 76 ans parce qu’il refusait de mourir. C’est mon maître en matière de visuelle. Il m’aurait détesté parce qu’il n’aimait pas les folles du tout… dit-elle.

D’où vient son surnom ? Dans une fête à Toulouse, quand j’étais encore étudiant, je m’étais déguisé en bourreau avec la hache et tout. Mais quelqu’un à trouvé que je n’étais pas très viril. C’est devenu La Bourette. Raccourci, ça donne Bourre… Mes amis adorent. Plus simplement, les gens adorent La Bourette.

Mais que fait-elle exactement ? elle est créateur de bijoux, lecteur et depuis peu écrivain. À cheval sur le fil du rasoir, ses poèmes sont à la fois sanglants et tendres, précieux et déjantés… Performer hors normes, il ne commet jamais avec préméditation, trop honnête ou simplement trop humaine pour cela. Le monde de la Bourette commence bien là où le notre, édulcoré par la raison et le qu’en dira-t-on, s’achève…

Tout au long de son parcours, La Bourette a été à la fois homme et femme, travailleur et sans emploi, précaire et branchée, bourge et prolétaire, star et anonyme… Mais La Bourette est d’abord La Bourette. Elle exprime un refus d’identité, une folie trop souvent absente. Elle a connu les strass de la nuit et les galères de ceux qui refusent les identités.