Histoire

La « famille » Manson

Secte meurtrière

Cette communauté sectaire s’est rendue célèbre par une série d’assassinats dans la région de Los Angeles en 1969.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton
  • 1 ❤

C’est à l’âge de 32 ans qu’il fonde une communauté hippie, dont il devient le leader charismatique, en tant que réincarnation du Christ. Le groupe, qui finit par s’appeler « la Famille » (entre 30 et 50 personnes selon les périodes, essentiellement des jeunes femmes), s’établit dans une grotte et divers ranchs.

La communauté, qui y vit de maraude et de trafic de drogue, est appelée par le voisinage The Garbage People, les membres fouillant les poubelles pour y trouver de quoi se nourrir. Les membres consomment beaucoup de drogues, notamment du LSD qui cause hallucinations et psychoses. Plusieurs enfants naîtront au sein de la communauté, les jeunes femmes servant d’esclaves sexuelles.

Jusqu’à la psychose meurtrière

La nuit du 9 août 1969, Manson envoie en mission quatre de ses disciples, gonflés à bloc par son enseignement, en direction d’une villa : Charles Watson, Susan Atkins, Leslie Van Houten et Patricia Kasabian doivent éliminer tous les occupants le plus sauvagement, le plus brutalement et le plus bestialement possible. Une cinquantaine de coups de couteau et six balles font cinq victimes, dont Sharon Tate, la femme du cinéaste Roman Polanski, alors enceinte de 8 mois. Ce massacre émeut l’Amérique.

Membres de la famille Manson devant le palais de justice, durant le procès, en posture de méditation, le crâne rasé et marqué d’une croix.

On raconte que le procès de la Famille sera le plus long et le plus cher de l’histoire des États-Unis : des mois d’audience pour cette affaire ultra médiatisée. Dès le premier jour de son procès, Manson arbore une croix incisée sur le front avec un couteau : Je me suis rayé moi-même de votre société. À l’extérieur, ses disciples tiennent des sittings, menaçant de s’immoler par le feu en cas de condamnation. Certaines marquent également leur front avec un « X », en signe de loyauté. Elles vont jusqu’à se raser la tête lorsque leur gourou le fait. Elles cousent ensuite leurs cheveux au gilet qu’elles brodent depuis des années pour leur gourou et lui font parvenir en prison.

Sandy présente la veste brodée pour Manson, dont le col est orné de cheveux, aux journalistes.

Le 25 janvier 1971, même si ce n’est pas lui qui a porté les coups, Manson est reconnu coupable des meurtres et est condamné à mort, comme ses disciples meurtriers. Leur peine est ensuite commuée en prison à perpétuité. On les soupçonne d’avoir tué d’autres personnes, aussi sauvagement, mais aucune preuve suffisante n’a pu être apportée. Les médecins ont diagnostiqué Manson atteint de schizophrénie paranoïde.

La fin d’une époque

Cette terrifiante histoire s’inscrit, en pleine période hippie, dans un contexte de divisions politiques aux Etats-Unis, autour des droits civils, de la race et de la guerre du Vietnam. Elle met les Américains face à la réalité et aux ravages de la drogue.

La chose terrible qui est arrivée dans la maison de Sharon Tate n’a pas seulement tué tous ces gens, elle a littéralement tué une génération, une façon d’être, une atmosphère, dit le journaliste Ivor Davis. Cheveux longs, apparence cool et propos bienveillants, message d’amour… Charles Manson a réussi à exploiter ce qui fait l’essence de la culture hippie pour le transformer en violence. C’est la fin du peace and love.

Photos

  • Communauté hippie de Manson
  • Susan, Patricia, Lesly, inculpées de meurtre
  • La « famille » Manson
  • La « famille » Manson
  • Veste brodée de cheveux
  • Les accusées se sont rasé le crâne
  • Encore sous emprise, les disciples rient des (...)
  • Sandra Collins Good