Punkes & skingirls

Le mouvement punk

Mouvement musical - Angleterre - 1977-79

Les Punks font leur apparition en 1977, en Grande-Bretagne. C’est avant tout un mouvement musical.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Au départ, il s’agit de gamins de 16 ans qui essayent de faire un maximum de bruit avec les premières guitares électriques dans le garage de leurs parents. L’Angleterre des années 70 est fortement marquée par le chômage : à 16 ans, l’école est finie et aucun travail en vue. « No future for us » chantent alors les Sex Pistols dans leur célèbre « God save the Queen ».

Anarchy in the U.K.
Ce qui frappe, c’est la violence de la société anglaise de cette époque, à tous les niveaux, aussi bien institutionnel que social. Violence générale à laquelle le mouvement punk ne fait que répondre, sur le mode de la provocation. Certains diront que les punks ne faisaient que tenter de se défendre et rester debout. À l’opposé sont les hippies, chevelus, se laissant aller sur des musiques planantes en fumant de l’herbe. Avoir les cheveux longs est une hérésie pour les punks, et leur principe est le « Do it yourself » (DIY), c’est-à-dire de tout faire soi-même : sa musique, son look et aussi sa vie.

Iggy Pop, The Clash, Sex Pistols… Les groupes sont donc formés de dilettantes, d’autodidactes ; personne n’est musicien : c’est l’énergie qui compte. Le punk rock est un rock sauvage. Les chansons sont courtes et rapides et abordent pour la première fois les thèmes de la maladie, du social, du sexe, du chômage — avant 1973 ces thèmes étaient inexistants : on était encore dans le doux rêve et l’utopie. C’est aussi l’un des premiers mouvements à faire une place aux femmes, qui pour la première fois peuvent monter sur scène et se faire entendre. Une brèche est ouverte.

Les looks sont également home made. Sur les premières vogues punk, il n’y a pas de faux-culs : se raser les cheveux, déchirer ses vêtements, se percer d’épingles de nourrice et sortir ainsi dans la rue n’était pas chose facile… Il fallait réellement avoir la rage au ventre !