Punkes & skingirls

Le mouvement skinhead après 1977

Évolutions et dérives

Le mouvement skinhead connaît un renouveau avant d’éclater entre extrême-droite, communistes, anarchistes et apolitiques.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Le mouvement skinhead s’est développé et a évolué au fil du temps.
Alors qu’il avait quasiment disparu au début des années 1970, le mouvement skinhead connaît un renouveau dans les années 80, avec le punk.

Revival skinhead

JPEG - 57.2 ko
mi-skin mi-punke La frange et les pattes sont typiques de la coiffure skingirl, tandis que la crête fait la punkette.
En 1977, l’apparition des punks, eux aussi animés par la volonté de se démarquer de l’atmosphère ambiante, provoque le retour en nombre des skinheads. Ceux-ci forment ensemble des groupes de punk-rock : la Oi ! Music [*] fait son apparition.

Dérives fascisantes…

Certains skinheads se font remarquer pour leurs apparitions violentes, notamment sur les stades de foot. C’est a cette époque qu’une partie du mouvement vire à l’extrême-droite toujours prompte à recruter dans les classes prolétaires.
Dès lors, pour l’opinion publique, le mouvement skinhead est assimilé aux errements sanglants et criminels de quelques groupuscules néonazis, qui portent le crâne rasé à blanc.

… et antifa

Le mouvement skinhead, avant tout constitué de jeunes exploités ayant envie de réagir, mais jusqu’alors sans véritable conscience ni culture politiques, va se positionner et s’engager. Sans s’affilier directement à un parti, il n’hésitera pas à se revendiquer clairement antifasciste et antirasciste. L’idéologie politique du mouvement se doit d’être conséquente vis-à-vis de ces racines multiculturelles et prolétaires.

Finalement, qu’est-ce le mouvement Skinhead ?

Dans l’ensemble, il s’agit d’une mouvance contestataire : ça implique que son propos ait souvent une teneur politique. Actuellement, le mouvement skinhead est composé d’un côté de communistes, d’anarchistes, et d’un autre, d’apolitiques. Certains de ces derniers affirment qu’être skin, c’est simplement être clean, faire du sport et boire des bières avec les copains.

Football, bière, musique, bouquins, films, fanzines, fringues : le mouvement skinhead est fondamentalement l’expression de la culture populaire. La mouvance skin est surtout très liée à la musique : Punk-rock, Street Punk, Oi, Ska, Blues, Reggae, Rocksteady…

Que ce soit dans la rue, dans les fringues et le look, dans la musique ou dans le militantisme, il semblerait finalement que ce qui caractérise au mieux le mouvement skin soit la contestation : bon nombre de skins sont surtout animés par la « haine du branché », le rejet de la société de consommation et du conformisme.