Vos photos

Les duchesses Romanov

Les cheveux des enfants tombaient et furent rasés par l’impératrice.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Au début du siècle, le Suisse Pierre Gilliard (1879-1962) a passé treize années à la Cour de Russie, comme précepteur des cinq enfants de la famille impériale, auxquels il fut très attaché. Sa position lui permis de vivre dans l’intimité de la famille impériale russe, dont il a partagé jusqu’aux derniers instants, dans leur exil et leur détention par le nouveau pouvoir soviétique à Ekaterinbourg dans l’Oural.

Libéré peu avant l’exécution collective de la famille impériale en juillet 1918, il a rapporté un grand nombre de photographies prises au cours des mois d’exil. Ces photographies sont exceptionnelles car ce sont les dernières images du tsar et de sa famille. Elles présentent les souverains déchus sous un angle totalement nouveau, loin du faste de la cour. On y découvre le tsar en jardinier, les enfants au cours de leurs loisirs mais aussi l’image très forte des quatre duchesses au crâne rasé.

JPEG - 28.4 ko
Les quatre grandes-duchesses et le tsarévitch, Tsarkoïe-Sélo, 1917 © Pierre Gilliard

En mars 1917, les enfants attrapèrent la rougeole. Anastasia et Maria furent les dernières à tomber malade. Pendant qu’Alexandra prenait soin de ses enfants, la révolution faisait rage à Saint-Pétersbourg. En plus de la rougeole Maria attrapa une pneumonie. Selon certains témoins, Maria et Olga étaient pratiquement mourantes. Quand Nicolas rentra à Tsarskoïe-Selo, les cheveux des enfants commençaient à tomber suite aux traitements et furent rasés quelques temps plus tard par l’impératrice, afin qu’ils repoussent mieux.

JPEG - 134.1 ko
Anastasia, Tatiana, Olga et Maria photographiées par Pierre Gilliard le 22 juin 1917

Pierre Gilliard note dans son journal le 22 juin 1917 : Lorsqu’elles sortent dans le parc, elles portent des chapeaux arrangés de manière à dissimuler la chose. Au moment où j’allais les photographier, sur un signe d’Olga Nicolaïevna, elles ont prestement enlevé leurs chapeaux. J’ai protesté, mais elles ont insisté, fort amusées à l’idée de se voir représentées sous cet aspect et d’assister à la surprise indignée de leurs parents. C’est le fait de leur exubérante jeunesse.

La famille fut par la suite arrêtée et assignée à résidence au palais Alexandre.