Musiques

Les élucubrations d’Antoine

Paroles et musique d’Antoine — 1966


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 1 ❤
Oh, yeah.
 
Ma mère m’a dit : « Antoine, fais-toi couper les cheveux. »
Je lui ai dit : « Ma mère, dans vingt ans si tu veux. »
Je ne les garde pas pour me faire remarquer,
Ni parce que je trouve ça beau, mais parce que ça me plaît.
 
[…] Oh, yeah.
 
Avec mon petit cousin qui a dix ans,
On regardait Gros Nounours à la télévision.
A Nounours il a dit : « Bonne nuit, mon bonhomme. »
Il est parti danser le jerk au Paladium.
 
[…] Oh, yeah.
 
Si je porte des chemises à fleurs,
C’est que je suis en avance de deux ou trois longueurs.
Ce n’est qu’une question de saison.
Les vôtres n’ont encore que des boutons.
 
Oh, yeah.
 
J’ai reçu une lettre de la Présidence
Me demandant : « Antoine, vous avez du bon sens.
Comment faire pour enrichir le pays ? »
Mettez la pilule en vente dans les Monoprix.
 
Oh, yeah…

On pourrait y ajouter ce couplet, de Pascaline :

Ma mère m’a dit, ma fille, laisses-toi pousser les cheveux,
Je lui ai dit, ma mère, dans vingt ans si tu veux,
Je ne les rase pas pour me faire remarquer,
Ni parce que je trouve ça beau,
Mais parce que ça me plaît.
 
Oh, Yeah !