Actus — Avril 2006

Les enfants de Tchernobyl soignés à Cuba


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

La peau et les os sous le soleil des Caraïbes, une brise marine qui lui rafraîchit la tête, déjà chauve, Mikhaïl, 16 ans, lutte à Cuba, loin de son Ukraine natale, contre le mal qui le ronge depuis sa naissance quatre ans après la catastrophe de Tchernobyl.

Il est l’une des 22 000 personnes, parmi lesquelles 18 546 enfants d’Ukraine, du Bélarus et de Russie, traités depuis le 29 mars 1990 à l’hôpital pédiatrique de Tarara, à 20 km à l’est de La Havane, pour des pathologies associées à la radioactivité.

« Tous mes cheveux sont tombés, et ils ne repoussent pas. Je suis à Cuba pour essayer qu’ils reviennent », dit-il à l’AFP sur le seuil de sa petite maison, l’une de celles construites avant la révolution de 1959 de Fidel Castro par les familles qui venaient ici passer les vacances au bord de la mer.

Tous les matins, depuis qu’il est arrivé à Cuba le 9 décembre, son crâne chauve est badigeonné de pilotrophine, un produit cubain dérivé du placenta, est passé durant un quart d’heure sous une lampe à rayons infra-rouge pour traiter son alopécie, la maladie de la chute des cheveux.