Bouquins

Les tondues, un carnaval moche

Essai d’Alain Brossat — 1992

Sur la tonte rituelle des femmes, c’est l’ouvrage pionnier en la matière. Première réflexion, passionnante, sur la signification du phénomène des tontes. Par le philosophe Alain Brossat.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Le rituel public de la tonte, « couvert » de facto par les autorités résistantes, s’insère dans une reconstruction sexuée de la communauté nationale, après les années d’humiliations et de privations. Raser la tête des femmes accusées de collaboration avec l’ennemi (et, pour au moins la moitié d’entre elles, aucune relation sexuelle n’est invoquée), c’est les priver symboliquement de leur féminité, en plus de la condamnation qui les attend quand il est prouvé qu’elles ont commis un délit puni par la loi. Il s’agit donc d’une punition sexuée : les femmes seraient plus coupables que les hommes quand elles ont accepté de frayer avec l’ennemi (même pour faire le ménage).