Têtes d’affiche

Madam C.J. Walker

Première millionnaire (1867-1919)

Elle créa au début du siècle une compagnie de produits cosmétiques et capillaires, devenant ainsi la première femme noire millionnaire.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton

Petite fille et fille d’esclaves, orpheline, Sarah se retrouve veuve à 20 ans avec un enfant en bas âge. Elle remonte rejoint rejoint ses frères devenus barbiers à Saint-Louis et vit de petits emplois.

Le seul tracas qu’elle avoue est lié à son apparence physique : une grave affection du cuir chevelu lui fait perdre ses cheveux. En ce début de XXe siècle, la plupart des Américains n’ont ni eau courante ni électricité et le bain est un véritable luxe. Comme Sarah, de nombreuses femmes sont sujettes à la calvitie : elles se lavent rarement la tête, ce qui les fragilise face aux agressions de leur environnement, pollution, bactéries et poux. Pour se soigner, la jeune femme expérimente diverses formules et finit par trouver un onguent et un traitement de rinçage qui guérissent son cuir chevelu et permettent à ses cheveux de repousser. Elle se met à vendre ses baumes et apprend aux femmes à entretenir leur chevelure et à se coiffer.

En 1906, elle commence à se faire appeler « Madame » C. J. Walker, titre de courtoisie emprunté aux créatrices de la mode et de la cosmétique françaises. Elle fait fortune grâce à sa société spécialisée dans les produits cosmétiques et capillaires.

En tant que femme afro-américaine, elle fait figure à double titre de pionnière dans le secteur de la grande industrie américaine, qui était à son époque sous le contrôle quasi-exclusif des blancs de sexe masculin.

En parallèle de son activité commerciale, C.J. Walker s’implique dans la défense des droits des femmes et des Afro-Américains.