Histoire

Mariage dans l’ancienne Sparte

À Sparte, la jeune épouse avait les cheveux rasés pour son mariage.


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton

Sparte était une cité guerrière de la Grèce antique. À 7 ans révolus, les enfants appartenaient à l’État qui prenait en charge leur éducation, disciplinée et violente. Sparte pratiquait la « pédérastie dorique » : l’adolescent était formé par un guerrier adulte, en formant un binôme, également sexuel. Ils dormaient sous la même tente et devaient s’épauler au combat.

À cause de leur image guerrière et austère, il est courant de penser que les guerriers se rasaient les cheveux. Au contraire, les adolescents avaient les cheveux courts alors que les adultes les avaient longs, jusqu’aux épaules. Ils les attachaient pour les combats.

Spartiates sportives et libres

Nulle part ailleurs, dans aucun autre État grec, la femme n’avait autant de droits civils et publics que dans cette cité dorienne qui exaltait comme nulle autre la fraternité virile. Contrairement à leurs sœurs d’Athènes, les femmes lancent le disque et le javelot, pratiquent la course à pied. En effet, les Spartiates entraînent au sport les filles comme les garçons.

JPEG - 29.4 ko
Jeunes spartiates s’exerçant, tableau de Degas

Les jeunes filles, au lieu de vivre sagement aux côtés de leur mère jusqu’à leur mariage, comme les Athéniennes, recevaient une éducation comparable à celle des jeunes hommes, essentiellement gymnique et musicale. Pour s’entraîner, elles portaient des tuniques courtes qui, loin de la pudeur que nous connaissons, laissaient voir leurs cuisses et ne cachaient qu’un seul sein, laissant l’autre libre. Comme les hommes, les femmes de Sparte étaient célèbres pour leur sens de la répartie.

Belle comme un garçon

On se mariait à Sparte en enlevant sa femme. Ses cheveux étaient rasés et elle revêtait des sandales et des habits d’homme, avant d’être couchée sur une paillasse, isolée et dans l’ombre. Selon les historiens, cela facilitait la transition vers l’hétérosexualité. En effet, les jeunes spartiates n’avaient que très peu de contacts, avant le mariage, avec les femmes. Déguiser la future épouse en garçon avait pour but de ne pas trop perturber la libido masculine habituée à l’homosexualité. Une fois le mariage consommé, le jeune époux s’en retournait vivre parmi les hommes. La relation se poursuivait ainsi de façon cachée, si bien que le mari avait parfois des enfants avant d’avoir vu sa femme en plein jour.