Histoire

Messages secrets sur crâne rasé

Cryptographie Assyrienne


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Dans les sociétés antiques, très peu de gens étaient capables de lire, et l’écriture restait le fait de quelques initiés. Mais, à mesure que la lecture et l’écriture se répandaient, les rois et leurs stratèges devaient trouver des moyens de correspondance plus secrets [1].

JPEG - 3.9 ko
Assyriens
Aux alentours de 600 ans avant JC, Nabuchodonosor [2] transmettait sa correspondance en écrivant sur le crâne rasé de ses esclaves ; quand leurs cheveux avaient repoussé, il les envoyait à ses généraux, qui n’avaient plus qu’à faire de nouveau raser la tête des messagers pour lire le texte.

Plus tôt, environ 400 ans avant JC, Hérote [3] raconte que Histiée [4] qui vivait en Perse, a envoyé un esclave à Aristogoras [5]. Chez Aristogoras l’esclave déclare seulement : « Rase-moi le crâne ». Aristogoras fait alors venir un barbier qui le rase. Sur la peau du crâne ainsi mise à nue on peut alors voir une phrase tatouée : « Histiée conseille à Aristogoras de se révolter contre les Perses ».

On remarque dans ce procédé une certaine fiabilité : en effet l’interception du message par un tiers est tout de suite remarquée. Mais ce procédé est beaucoup trop long car il faut raser, tatouer et attendre la repousse des cheveux. Imaginez sur un champ de bataille si l’on doit donner des ordres a d’autres régiments, il faudrait un esclave déjà prêt (tatoué) pour chaque ordre différent !