Vos témoignages

Oser ma coupe de rêve, avant la chimio


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 1 ❤

Et voilà, je l’ai fait ! Ma coupe de rêve ! Si je dois perdre mes cheveux à cause de cette chimio, c’est une occasion unique de me faire la coupe de cheveux comme je n’ai jamais osé le faire. C’est-à-dire très très court. Je songeais à une coupe ultra courte et j’ai réalisé mon rêve.

Je suis allée voir ma coiffeuse et elle a fait des merveilles. Il me reste un petit centimètre au dessus de la tête, les oreilles très très dégagées et une nuque bien bien rafraichie à la tondeuse. C’est un régal. Je me sens toute excitée. Non, je ne me sens pas moche. Et je n’arrête pas de caresser le crâne c’est un vrai bonheur. Je suis très contente de de l’avoir fait et complètement heureuse et soulagée de me voir ainsi. Une coupe de rêve à la garçonne. Et si je perds mes cheveux dans trois semaines, j’espère que je le supporterai mieux. En tout cas, je ne verrai pas de grosses mèches trainer partout. Pour l’instant je savoure ma nouvelle coiffure. Une coupe comme je l’ai souvent souhaité sans n’avoir jamais osé l’envisager sauf bien entendu dans mes rêves. Il n’y avait pas de meilleur occasion. Et je me demande : si je suis obligée de me faire la boule à zéro dans quelque temps, vais-je avoir la même excitation qu’en ce moment ? Peut être bien… Je ne vivrais peut-être pas le traumatisme de la perte de mes cheveux. Je l’espère. Pour cacher tout cela, je mets malgré tout ma perruque la journée et c’est vrai que maintenant elle tient beaucoup mieux.

Maintenant, j’ai envie d’être féminine, très sexy et de porter des petites jupes avec des bas, de me maquiller un peu plus et tout le tralala. Comme si cette différence dans mon apparence m’obligeait à compenser et à devenir encore plus femme qu’avant. Reste à savoir si je pourrais plaire encore à quelqu’un avec cette nouvelle tête que je viens de me faire faire. D’ailleurs, ce n’est pas le but, j’ai envie simplement de me plaire à moi-même.