Poil à gratter

Plaidoyer pour le féminisme

On t’a envoyé ce texte, ou tu es tombé dessus par hasard. Lis le. Ce n’est pas une chaîne de l’amitié qui te promet gloire et fortune si tu l’envoies à tes amis, une météorite ne t’arrivera pas sur la tête si tu ne le fais pas, mais envoie le tout de même au plus grand nombre possible de gens. Juste pour tâcher de rendre le monde un peu meilleur. Eh oui on est ambitieux ;o)


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Ce texte veut réhabiliter l’idée du féminisme, qui souffre d’une image bien négative, ici en France. Le féminisme c’est l’égalité des hommes et des femmes dans les faits, dans les lois, dans les actes.
C’est aussi une lutte contre des idées préconçues, des stéréotypes attachés aux sexes. C’est là que les hommes sont plus directement concernés.
Tu peux employer le mot anti-sexisme qui signifie à peu près la même chose ; certains préfèrent le mot féminisme, car de même que le black power a été initié par des noirs, ce terme montre que le mouvement a été initié par des femmes.

Certains sont contre le féminisme parce qu’ils ont vu une ou deux de ses représentantes, qui leur ont déplu. Allez vous rejeter en bloc un mouvement politique parce qu’un de ses membres vous énerve ? Or, le féminisme ce sont des idées, pas des personnes. Certains pensent que le féminisme est une valeur dépassée parce qu’en France nos acquis sont assurés. Chacun pourra constater qu’avec les attaques constantes contre l’avortement, les violences sexuelles, conjugales, le sexisme c’est loin d’être acquis. Certains hommes pensent que le féminisme est un combat de femmes et qu’ils ne sont donc pas concernés.
Nous sommes, en France, dans un système patriarcal ; patriarcat signifie que, dans ce système social, le père est le chef de famille et exerce les pouvoirs.
Jusqu’il y a peu, l’usage était qu’une femme prenne le nom de famille de son mari à son mariage ; son existence sociale n’était donc conditionnée que via ce nom. Elle avait donc avant son mariage le nom de son père, puis ensuite celui de son mari. Combien de femmes reçoivent encore des courriers au nom de Madame Bernard Dupont, montrant ainsi qu’elles n’existent que via leur mariage ?

Le patriarcat ne signifie pas, qu’individuellement, chaque homme cherche à dominer chaque femme et est responsable des souffrances de toutes les femmes. Ce système est en deçà des individus. Pour plus de compréhension, on peut comparer cela au capitalisme, système économique bien au delà des individus où chaque patron n’est pas individuellement responsable du sort de chaque ouvrier. Simplement on a considéré à un moment donné que le capital était le critère de domination principal (cela n’est pas le cas dans le monde entier) et, qu’à ce titre, celui qui le possède a plus de pouvoirs que les autres. C’est la même chose en ce qui concerne le patriarcat. Mais comme tout système social, il entraîne devoirs et contraintes pour chaque individu appartenant à ce système.

Les individus tendent parfois à faire perdurer ce système ; ces individus peuvent être de sexe féminin ou masculin. Comme, traditionnellement, les hommes ont plus de pouvoir, les violences qu’ils exercent « au nom du patriarcat » sont plus nombreuses et plus visibles. C’est logique puisque, dans un système inégalitaire, les dominants tiennent de nombreux bastions et jouissent de droits que n’ont pas les dominées. Citons en exemple le viol conjugal impuni jusqu’à une date récente ou le fait d’insulter une femme au prétexte qu’elle est court vêtue dans un espace public. Rappelons à ce titre que, de manière implicite, la loi tend à punir les femmes qui occuperaient la rue, puisque le racolage passif, désormais puni, désigne « le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles en échange d’une rémunération ». C’est ainsi que des femmes en train d’attendre des ami-e-s, ou de se promener ont été arrêtées sous prétexte qu’elles racolaient. Cette loi, bien au delà des simples individus, et même de ceux qui l’ont votée, car ses buts sont bien inconscients, tend à dire qu’une femme ne doit pas être dans un espace public, ou alors en adoptant une attitude et une tenue « convenables ».

Les individus contribuent donc, parfois, consciemment ou non à faire perdurer ce système. Les exciseuses sont en général des femmes ; elles font ainsi perdurer une tradition au mépris de tout plaisir et intégrité du corps des femmes. On entend aussi des femmes dire d’une autre qu’elle ferait mieux de s’occuper de ses enfants, ou qu’un homme n’a pas à faire le ménage, ce « n’est pas son rôle ». C’est ce qu’on appelle l’essentialisme qui peut être biologique ou social.

L’essentialisme biologique pense que génétiquement, biologiquement, de façon innée, instinctive, une femme saurait mieux faire certaines activités et un homme, d’autres. Ex : l’instinct maternel. Quand on voit le nombre de femmes, ou plus simplement, de femelles dans toutes les espèces qui ne s’occupent pas de leurs enfants, on constate combien cette idée est fausse. On apprend simplement plus aux petites filles à s’en occuper, via les jouets sexués (poupées, landaus…), via les petits frères et soeurs qu’on leur confie davantage qu’aux frères aînés.
On tend aussi à penser que la testostérone joue un rôle important - voire le seul - dans l’agressivité masculine. Des études montrent qu’il s’agit d’une idée préconçue. Par exemple, on s’est intéressé au comportement des primates après castration et on a constaté que les rapports de domination ne varient pas. On a aussi vu que, chez les groupes avec une structure sociale de dominance, ceux qui gagnent au combat voient leur taux de testostérone grimper alors que les perdants voient le leur baisser. Ainsi les taux d’hormones deviennent le résultat plutôt que la cause du combat. Les effets de la socialisation sur des animaux sont considérables ; de jeunes singes rhésus ont été élevés à la naissance avec une "mère" en tissu, sans aucun compagnon vivant. Une fois dans la communauté, ces jeunes singes ont eu des problèmes comportementaux (hyper agressivité). Enfin des études biologiques montrent que beaucoup d’hormones, en fait, sont impliquées dans l’agressivité (prolactine, l’oestrogène, la progestérone, l’adrénaline…). Tout résumer au biologique et à la testostérone procède donc d’une grave erreur.

L’essentialisme social consiste à prêter à chaque sexe des caractéristiques sociales, immuables et stéréotypées. Ex : un garçon est moins émotif, sait mieux lire les cartes routières… Des études (Condry et Condry par exemple) montrent combien le comportement des parents, mais aussi de l’entourage varie selon qu’on connaît le sexe de l’enfant. Une étude montre qu’on prend moins vite dans ses bras un nouveau-né garçon qu’un nouveau-né fille ; d’autres études montrent que devant un enfant, vêtu tour à tour en fille puis en garçon, les témoins ont tendance à qualifier le comportement de la « fille » de « craintif » et celui du garçon de « coléreux ». On prête donc des caractéristiques à une personne selon qu’on suppose qu’il s’agit d’un garçon ou d’une fille.

Tous ces préjugés, ces stéréotypes ne font que perdurer et façonnent la personnalité de chacun. Si l’on grandit dans un milieu où l’on vous persuade qu’un garçon doit être viril, batailleur, peu sujet à montrer ses émotions alors qu’une fille doit être calme, douce et attentive, cela déteindra forcement sur notre comportement individuel. Le féminisme se bat contre ces stéréotypes, qui touchent, nous l’avons vu, les filles et les garçons.
En 2003, une étude a tenté de montrer pourquoi il y a si peu de femmes PDG. Entre autres choses, on a montré que les quelques femmes PDG américaines étaient plus mal vues que leurs confrères hommes parce qu’on considérait qu’elles étaient beaucoup trop agressives, trop froides, alors qu’elles se comportaient juste de la même maière que leurs confrères. On peut aussi se souvenir des soldates d’Abu Ghraib en Irak, qui ont fait scandale dans le monde entier ; non pas parce qu’elles avaient eu un comportement plus innommable que leurs compagnons, mais parce que c’étaient des femmes et qu’une femme ne doit pas faire ce genre de chose.

Pour revenir aux hommes et au féminisme, il ne s’agit pas uniquement de se battre pour les femmes ; mais aussi pour vous mêmes. Le patriarcat conditionne les hommes à agir de telle ou telle façon. Beauvoir a dit qu’on ne naît pas femme, on le devient mais il en est de même pour les hommes. « Bats toi si t’es un homme » ; cette expression apparemment anodine montre que l’agressivité doit être une caractéristique masculine pour qu’on vous considère comme homme. L’enfant garçon qui ne se battra pas sera démasculinisé, dévalorisé. Il est encore difficile, en France de se déclarer comme père au foyer sans être suspecté de paresse, ou d’homosexualité latente.

Certains hommes disent qu’ils souffrent aussi de sexisme ; un jeune conducteur homme paie plus en matière d’assurance automobile qu’une jeune conductrice femme. C’est tout à fait vrai. Mais pourquoi imputer ceci aux femmes et pas au patriarcat ? Les compagnies d’assurance utilisent différents critères dont celui du sexe, de l’âge. Les hommes jeunes ont plus d’accidents graves alors que les femmes ont davantage d’accrochages. Encore une fois, les critères sociologiques interviennent ; on a enseigné au petit garçon à suivre davantage ses envies sans faire attention aux dangers éventuels alors que la petite fille doit « rester assise sinon elle va salir sa belle robe ». Cela joue à l’âge adulte… et sur les comportements routiers. Ceci n’est ni la faute des femmes, ni celles des hommes, mais d’une société qui impose aux personnes des stéréotypes en fonction de leur sexe.

En conclusion, le féminisme c’est

  • souhaiter que chacun ait des droits égaux sans tenir compte de son sexe (à l’heure actuelle, une femme n’a pas le droit de postuler pour certains métiers comme sous-marinier ; son sexe le lui interdit). Les étudiants hommes ont, même si cela n’est pas interdit, plus de difficultés a faire du baby sitting car une jeune fille « saura mieux s’occuper d’enfants en bas âge ».
  • faire tomber des stéréotypes qui n’ont d’autre valeur que celles de la tradition, de la croyance et qui ne sont fondés sur aucune réalité scientifique (non, les études sur le cerveau ne sont pas arrivées à leur terme et, quoi qu’en dise M6, une chaîne française, on n’a pas réussi à isoler une zone du cerveau qui servirait a étudier une carte routière et serait mieux utilisée chez les hommes)
  • se battre pour que diminuent les violences envers les femmes ; viols, violences sexuelles, violences conjugales, mutilations sexuelles, crimes d’honneur sont des combats féministes.

C’est donc un combat politique utile à tous et toutes, permettant une vie moins normative, moins contraignante.