Films

Splice

Film SF — 2010

Une créature hybride, entre entre l’animal et l’humain…


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • Votez pour cette page sur Hellocoton

Clive et Elsa sont des superstars de la science : ils ont réussi à combiner l’ADN de différentes espèces animales pour obtenir de fantastiques hybrides. Ils sont amoureux l’un de l’autre autant que de leur travail et veulent à présent passer à l’étape suivante : fusionner de l’ADN animal et de l’ADN humain. Lorsque le laboratoire pharmaceutique qui les finance refuse de les soutenir, Clive et Elsa décident de poursuivre leurs expériences en secret. Ils créent Dren, une créature étonnante dont la croissance rapide la fait devenir adulte en quelques mois. Alors qu’ils redoublent d’efforts pour préserver leur secret, leur intérêt scientifique pour Dren se mue peu à peu en attachement. Dren finira par dépasser les rêves les plus fous du couple… et leurs pires cauchemars.

La créature Dren (Delphine Chanéac) dans Splice

Un film bizarre et dérangeant, qui nous confronte à l’autre dans ce qu’il a de semblable et de différent, à notre ambivalence entre l’animal et l’humain, la beauté et la disgrâce, le bien et le mal…

Très peu de maquillage

Enfant, le corps de Dren est constitué à 50 % d’effets numériques, adulte de 30 % seulement. Lors de ce dernier état, le personnage est interprétée par l’actrice française Delphine Chanéac, dont le crâne a été rasé : sur le plateau, elle porte un très léger maquillage, des lentilles sclérales, des bas bleus et son annulaire et son auriculaire sont scotchés ensemble.

En fait il y a eu très peu de maquillage. J’ai eu le crâne rasé. On m’a maquillé un peu, j’ai eu une cicatrice sous le menton, des points sur le visage pour les infographistes — quand Dren est jeune, elle a les yeux sur le côté. Hormis un fond de teint sur le corps, j’avais des faux cils pour faire ressortir le côté féminin. Les jambes de Dren, ce sont mes avants-bras, mon molet, le corps de Dren n’est constitué que de moi. L’actrice ajoute : Je me souviens quand j’ai vu Splice la première fois… Whaouh ! Mon corps m’a surpris. C’est assez violent de voir son corps transformé ainsi en trois semaines avant le tournage du film.

Delphine Chanéac dans le film Splice