Actus — Décembre 2003

Tonte et cirage chez les pompiers


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Treize sapeurs-pompiers professionnels de Seyssinet dans l’Isère ont été condamnés mardi à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Grenoble pour « violence en réunion » lors d’une fête organisée à l’occasion du départ d’un collègue en juillet 2002.

La victime, qui fêtait son départ pour la Polynésie, avait été déshabillé. Ses collègues lui avaient rasé le crâne et le pubis, l’avait ensuite enduit de cirage, gribouillé au marqueur et promené dans la caserne et à l’extérieur.
« Il s’agit d’une pratique rituelle pour sceller leur amitié. C’était un moment de pure virilité, sans aucune connotation sexuelle, une grosse plaisanterie », (...) « On ne peut pas comprendre si l’on n’est pas membre de leur corps de sapeurs-pompiers », avait plaidé Me Jean-Michel Detroyat pour la défense lors du procès le 4 novembre en demandant la relaxe pour tous.

La victime avait déposé plainte 24 heures après les faits, puis l’avait retirée. Après avoir dans un premier temps classé l’affaire sans suite, le parquet avait rouvert le dossier à la suite du recours devant le tribunal administratif de deux pompiers qui estimaient les sanctions disciplinaires trop importantes.