Vos photos

Un treillis couvert de cheveux féminins

pour dénoncer le viol de guerre


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page
  • 1 ❤

Dans des actions récentes à caractère politique, des femmes artistes renvoient les hommes à leurs atrocités militaires. Après les bombes de sperme de Nancy Spero, Sylvie Blocher présente des uniformes maculés de cheveux féminins et Marina Abramovic dans Cleaning the Mirror, en pleine guerre de Yougoslavie, vêtue d’une longue robe blanche, nettoie des os de vache, se maculant de sang, s’effrayant de cette boucherie.

Ce treillis anonyme recouvert de cheveux féminins réifie et dénonce un crime de guerre, le viol. La présentation austère, rappelant les planches entomologiques, concourt à dresser une sorte de monument à la mémoire de toutes ces femmes « humiliées, abandonnées, oubliées » (Sylvie Blocher / Été 93).