Têtes d’affiche

Yahne le Toumelin

Peintre bouddhiste


Partager cette page :

  • Envoyer cette page par courriel
  • Imprimez cette page

Sa peinture n’est pas conçue comme une succession de lavis. Elle est peu à peu retirée, après avoir été placée sur la toile. Au fur et à mesure, la peinture devient plus claire, plus lumineuse. Une histoire nous est racontée en flux et en reflux. Elle est, à l’image de la vision bouddhiste, un ensemble de phénomènes qui se succèdent les uns après les autres de par leur impermanence. De cette contemplation naît la beauté…

JPEG - 18.4 ko
Yahne Le Toumelin peint pour Maurice Béjart au Grand Palais, Paris, 1969

Yahne le Toumelin, artiste peintre, amie de Soulages et plus récemment de Fabienne Verdier, appartient au mouvement de l’abstraction lyrique. Elle est attachée à un monastère Tibétain, depuis 1968.

JPEG - 76.3 ko
Photo de Henri Cartier-Bresson

André Breton disait d’elle, en 1957 : La réussite d’une œuvre dépend de l’état “intérieur” (supposant l’équilibre au plus haut degré de tension vers la sagesse) de celui qui la crée.